DW 07x08 - Cold War



Après l'épisode précédent qui plaçait Clara face aux possibilité spatiales offertes par le TARDIS, voici que le vaisseau démontre aujourd'hui sa capacité à voyager dans le temps. Cold War est scénarisé par Mark Gatiss, comparse de Steven Moffat et illustre conteur à qui l'on doit le délicieux The Unquiet Dead (Saison 1) ou le touchant Night Terrors (Saison 6). Dans Cold War, Clara et le Docteur se préparent pour atteindre la ville qui ne dort jamais, Las Vegas. Mais le TARDIS est capricieux (capricieuse ?), et n'hésite pas à mener les deux compères directement à l'intérieur d'un sous-marin soviétique nucléaire, pendant la Guerre Froide. Et comme si la paranoïa ambiante de l'époque ne suffisait pas, le submersible transporte quelque chose de bien plus dangereux que quelques ogives nucléaires: un Guerrier des Glaces - Ice Warrior en anglais.

En voici un épisode qui devrait ravir les fans du Docteur qui préféraient les anciennes péripéties de ce dernier. Loin des épisodes épiques, comme ceux vus jusqu'ici (à part The Power of Three, qui était relativement intimiste), Cold War s'érige en huis-clos tout ce qu'il y a de plus classique. A l'image de Midnight, les protagonistes se retrouvent dans un moyen de transport immobilisé, aux prises avec une entité tout sauf amicale. L'ambiance poisseuse et claustrophobe qui se dégage de cet épisode rappelle sans mal les premières saisons de la série, se permettant de mettre en avant les relations entre les personnages et la peur éprouvée face à la menace alien. En voilà un mot bien choisi, Alien. Tout comme dans le chef-d'oeuvre de Ridley Scott, on retrouve un équipage désemparé face à la présence d'une créature aussi terrifiante que dangereuse. Les longs couloirs ténébreux, l'architecture à la fois organique et mécanique, les sons, les tuyaux, tout est là. Et pour hanter ces couloirs, Mark Gatiss et l'équipe de production ont décidé de remettre sur le devant de la scène la fameuse race des Guerriers de Glace.

Apparus en 1967 dans l'épisode du même nom, les Ice Warriors sont des martiens, des reptiles imposants qui, pour survivre sur leur planète, ont créé des armures gargantuesques et impressionnantes. Inédits depuis le retour de la série en 2005, les Ice Warriors font leur retour avec Cold War, en la personne de Skaldak. Héros sur sa planète, Skaldak est sûrement l'incarnation la plus juste du Guerrier, adulé parmi les siens. Ici, l'épisode renoue avec l'ancienne série, en proposant un ennemi lent mais fort, qui se découvre par paliers. En premier lieu, son apparence reste un mystère, car il est emprisonné dans la glace. Ensuite, il apparaît intégralement, vêtu de son armure, avant de finalement s'en extraire pour sa faufiler dans le sous-marin. Son apparence de reptile est éloignée du design des siluriens, Skaldak est plus carré, plus rugueux. Le bon point, c'est qu'il ne s'agit pas d'une entité néfaste, c'est un être doué de raison, et son attitude dans l'épisode ne dépendra que de la bêtise humaine, la faute à un soldat attaquant brusquement la créature. Cependant, le contexte difficile dans lequel se déroule l'épisode peut constituer une excuse à cet acté déraisonné.


Cold War ne fait pas que ramener les Ice Warriors au premier plan, on retrouve d'autres éléments issus de la série pré-2005 (et oui, on se rapproche des cinquante ans, hommage quand tu nous tiens). Ainsi, le Docteur met en place un système qu'il avait utilisé pour la première fois en 1968, dans The Krotons: le dénommé Hostile Action Displacement System. Ce système permet au TARDIS de s'en aller, lorsqu'il se sent attaqué. Une option qui va bien pénaliser notre Docteur, mais qui ravira les fans de la première heure. Aussi, cet épisode constitue la seconde aventure non-contemporaine pour Clara. Et celle-ci découvre un peu plus de quoi sont constituées les journées du Docteur. Si l'épisode précédent ne l'a pas directement mise aux prises avec un ennemi fatal, celui-ci est un peu plus violent pour la jeune femme. La menace peut se dissimuler à n'importe quel coin du sous-marin, et elle ne plaisante pas. Clara comprend rapidement le danger d'une vie comme celle la, en se retrouvant face à face des cadavres démembrés. Le choc est rude, mais la courageuse londonienne reprend vite le dessus. Hors, elle ressentira beaucoup de peur, comme le prouve le passage durant lequel elle chantonne pour se rassurer. A noter que la chanson choisie, "Hungry Like the Wolf", de Duran Duran, pourrait constituer une nouvelle référence à Rose Tyler, et le pouvoir de Bad Wolf (Saison 1).

Cet épisode met en scène quelques seconds rôles classiques mais efficaces. Le Capitaine du submersible n'est autre que Liam Cunningham, déjà croisé dans Game of Thrones où il interprète Davos, tandis que le scientifique est joué par David Warner (Spicer Lovejoy dans le Titanic de James Cameron). Ces deux personnages sont attachants, mais ils ne sont malheureusement pas assez développés et ne révèlent aucune surprise. Même Skaldak est plus développé, avec l'évocation de son passé et de sa fille. Dommage. Le second point un peu décevant est l'absence de climax, la fin de l'épisode arrivant bien trop rapidement. Cold War se conclue par un simili deus ex machina, avec l'arrivée soudaine du vaisseau spatial des Guerriers des Glaces. Un peu trop rapide, donc. A contrario, les musiques sont très réussies, même si quelques morceaux proviennent d'anciens épisodes. Les pistes d'ambiances et les réutilisations de thèmes connus fonctionnent à merveille dans ce huis-clos humide.

Cold War est un épisode à l'ancienne qui, par bien des aspects, rappelle l'incontournable Dalek de la Saison 1. La nouvelle compagne qui discute avec l'ennemi, une créature ramenée du passé de la série, un huis-clos éprouvant, etc... Grâce à son rythme qui jamais ne se déchire, et l'interprétation une fois de plus sans failles du duo principal, cet opus signé Mark Gatiss possède des allures d'Alien télévisé. Le contrat est rempli. Rendez-vous la semaine prochaine avec un nouveau scénario signé Neil Cross (auteur de l'épisode précédent, The Rings of Akhaten), pour l'épisode Hide. Cependant, et en l'état, Cold War est l'épisode le plus faible de la saison jusqu'à présent.

A noter que la musique qui accompagne la bande-annonce de Hide n'est autre que le morceau "Rose in Peril", présent dans les premières saisons.



Cliquez sur l'une des bannières ou ici pour revenir à l'index